bkg

Notices

« Nous sommes fiers de pouvoir profiter d'une offre variée d'activités de sport et de loisir dans notre ville » Famille Charbonneau
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Claude Lalande - vente d'un terrain à la Banque Laurentienne

De la démagogie pure et simple ! Nos adversaires politiques ne savent plus quoi inventer. -Marc Gascon-

M. Claude Lalande est un citoyen qui a bénéficié de la vente de son terrain car la Banque Laurentienne avait un besoin urgent.

Seul le hasard a permis à M. Claude Lalande, fils du conseiller municipal de Saint-Jérôme M. Guy Lalande, de réaliser un bénéfice lors de la revente d’un terrain à la Banque Laurentienne. C’est ce qui ressort d’une vérification demandée par le maire de Saint-Jérôme, M. Marc Gascon, à la suite du questionnement de certains médias.

Des coûts de nettoyage élevés

M. Claude Lalande a acheté en octobre 2003 un terrain de 956 m2 appartenant à la Ville, pour la somme de 21 000 $. Le prix demandé par la Ville était basé sur un rapport d’expert dans lequel on établissait à environ 50 000 $ le coût des travaux de nettoyage et de décontamination à effectuer par l’acquéreur avant de pouvoir procéder à toute construction.

Ce terrain avait été occupé par la première usine de filtration de Saint-Jérôme. Un bâtiment se dressait encore sur le site et un immense réservoir rempli de débris de construction subsistait sous la terre. Précédemment, la Ville avait mis le terrain en vente en 1992 sans trouver preneur à un prix du marché. Elle avait récidivé en 1996, mais l’acheteur s’était finalement désisté en raison du coût prohibitif des travaux de nettoyage.

La Banque n’avait pas d’alternative

La Banque Laurentienne, établie en 2007, a fait l’acquisition du terrain de M. Lalande en 2009 pour agrandir son espace de stationnement. Elle a accepté de payer le prix parce qu’elle n’avait aucune solution de rechange.

« En 2003, M. Lalande ne pouvait pas prévoir que la Banque Laurentienne s’établirait là en 2007, et il est encore plus improbable qu’il ait pu anticiper le besoin de stationnement supplémentaire de cette institution en 2009 », dit M. Gascon. « Néanmoins, même si j’ai pleine confiance en l’honnêteté du conseiller municipal M. Guy Lalande, je me suis assuré qu’il n’y avait aucune apparence de conflit d’intérêts dans cette transaction. Je puis assurer en toute bonne foi que M. Lalande père et M. Lalande fils n’ont bénéficié d’aucune information privilégiée. »

À cette époque, le fils de M. Lalande, souhaitait investir sur un terrain dans le but d’y construire des appartements. Son projet avait avorté à cause des sommes encore trop importantes à y investir avant de pouvoir construire.

« Une fois de plus, mes adversaires nourrissent les médias de ce que je qualifie de "démagogie". Le plus décevant c’est que certains trouvent preneurs !», a conclu le maire Gascon.
  
Date de mise à jour : 26/09/2016