bkg

Notices

« Nous sommes fiers de pouvoir profiter d'une offre variée d'activités de sport et de loisir dans notre ville » Famille Charbonneau
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Des questions au DG lors de la présentation des états financiers

Les citoyens de Saint-Jérôme ont été nombreux à adresser leurs questions au directeur général de la Ville lors de la présentation des états financiers 2011. Voici quelques-unes des questions posées le plus souvent et les réponses correspondantes. Vous trouverez sur le blogue www.DGvsj.ca la totalité des questions et des réponses.

QUESTION DE M. ANDRÉ DELISLE :- «Comment est-ce possible d’arriver à de tels surplus depuis trois ans ? Pourquoi ne pas remettre le surplus intégralement aux citoyens ?»

RÉPONSE DU DG : Premièrement, des surplus exceptionnellement élevés ont été réalisés au cours de deux années consécutives, en 2010 et 2011, et non trois fois. Ces revenus élevés sont attribuables à des revenus de taxation accrus suite à une autre année exceptionnelle dans la construction, à davantage de droits de mutation perçus en raison de l’effervescence du marché immobilier, à la vente de terrains municipaux et à une réduction des dépenses de déneigement. Ensuite, il ne faut pas considérer les surplus comme de l’argent en trop dont on dispose. Ces surplus sont affectés à des investissements nécessaires et à des réserves permettant de faire face aux imprévus, tels que des bris d’infrastructure ou des poursuites judiciaires. Rappelons que jusqu’ici, la Ville n’avait pas été en mesure de constituer une réserve.

QUESTION DE MME SYLVIE BOUCHARD : «Qu’est-ce qui justifie un si gros montant de taxes? Nous sommes rendus à payer plus cher que les résidents de Blainville. Vous êtes en train de tuer le marché immobilier?»

RÉPONSE DU DG : À prime abord, les dépenses ou charges fiscales à Saint-Jérôme peuvent sembler élevées, mais elles sont au même niveau que les villes comparables. Quant au marché immobilier, il se porte très bien dans notre ville, comme le montre le développement résidentiel dynamique.

QUESTION DE M. RAYMOND COURTEMANCHE : «Mon impression est que la ville s’est beaucoup développée... mais en même temps nous nous sommes beaucoup endettés. Alors notre ville, au lieu de devenir plus prospère, s’appauvrit. Mon impression est-elle fausse?»

RÉPONSE DU DG : La dette de Saint-Jérôme est élevée en bonne partie à cause de la dette des riverains encore présente dans les états financiers. La situation se corrigera progressivement à compter de 2013 suite au transfert de ces charges aux promoteurs, comme les autres villes le font déjà. Les actions entreprises en 2012 pour réduire la dette continueront leur effet et permettront à la Ville de Saint-Jérôme de se repositionner de façon avantageuse par rapport aux autres villes.

QUESTION DE  M. GILBERT ROY :  «Qu’est-il arrivé au surplus de taxes de 14 000 000 $ ?»

RÉPONSE DU DG : - Vous parlez sûrement du surplus de 2010, qui était de 11 700 000 $ en réalité. Une bonne partie de la somme a été affectée pour diminuer la part des contribuables au budget 2012. Une autre part a été affectée à différentes provisions, notamment pour les poursuites judiciaires, le déneigement en cas de précipitations plus abondantes et l’auto assurance. Le reste est dévolu à un programme d’économie de l’eau, à la réfection de l’ancien Hôtel de ville de Bellefeuille et à une provision pour les régimes de retraite des employés.

 

  
Date de mise à jour : 26/09/2016