bkg

Notices

« Nous sommes fiers de pouvoir profiter d'une offre variée d'activités de sport et de loisir dans notre ville » Famille Charbonneau
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


D'où vient le nom de votre rue ?

Consultez le répertoire toponymique des rues de Saint-Jérôme maintenant accessible via le site Internet de la Ville

Connaissez-vous l’origine du nom de votre rue ? La réponse peut venir rapidement quand la rue s’appelle « des Cèdres », mais il est certain que la plupart d’entre nous ne pourrait discourir longtemps au sujet des rues Godmer, Victor-Kominik ou Jeannette-Desrosiers, par exemple. Même dans le cas des rues Labelle, Laviolette ou Jean-Baptiste-Rolland, rares sont ceux qui pourraient fournir le curriculum vitae exact de ces illustres personnages.

Mise en ligne du répertoire

Pour répondre à ces interrogations, diffuser l’information et constituer un fonds d’archives, la Ville de Saint-Jérôme a produit en 1989 un premier répertoire toponymique, puisant dans les livres d’histoire de Saint-Jérôme et les biographies « canadiennes-françaises ». La constante mise à jour du répertoire ne concerne pas seulement le contenu mais aussi ses moyens de diffusion, puisqu’on le trouve désormais en ligne, sur le site Internet de la Ville.

Environ 800 noms de rues

Dans sa dernière version, le Répertoire des toponymes de la Ville de Saint-Jérôme présente l’origine et la signification des noms de la plupart des huit cents rues qu’on trouve sur le territoire municipal. Pour découvrir l’origine d’un nom de rue, il suffit d’aller sur la page Toponymie pour trouver un index des rues, classées par ordre alphabétique et numérique.

À titre d’exemple, voici l’entrée d’une rue que tout le monde connaît : Labelle, rue. (1881) À l'origine, ce chemin reliait toutes les terres situées à l'est de la rivière du Nord. À la fin du XIXe siècle, il prit successivement les noms de Dumont et Saint-Jérôme. Le curé Labelle naquit à Sainte-Rose le 24 novembre 1833. Le 1er juin 1856, l'abbé Antoine Labelle recevait l'ordination sacerdotale dans la petite église de Sainte-Rose. Le 15 mai 1868, il était nommé curé de la paroisse de Saint-Jérôme. La paroisse deviendra, sous l'impulsion du curé Labelle, un centre de vie paroissiale;  elle se développera au point de vue économique par l'implantation d'industries et deviendra la porte d'entrée d'un immense territoire que le curé Labelle ouvrira à la colonisation. Afin de faciliter l'installation des colons dans les Laurentides, le curé Labelle mijota un plan d'action. C'est à une loterie qu'il pensait, une loterie nationale qui lui apportera de l'argent pour « aider les colons étrangers qui n'ont pas les moyens de l'établir par eux-mêmes ». En 1887, son projet fut accepté par le gouvernement et en 1888, la « Loto-Labelle » vit le jour. Le curé Labelle mourut à Québec le 4 janvier 1891 à l'âge de 58 ans. Source : Saint-Jérôme : répertoire toponymique, 1989.
  
Date de mise à jour : 26/09/2016