bkg

Notices

« Quelle chance d'avoir accès, au centre-ville, au parc linéaire Le P'tit-Train-du-Nord » Famille Paquin
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Fin de la mission canadienne en Afghanistan
Le 9 mai, la Ville hissera le drapeau du Royal 22e régiment

Le 9 mai, la Ville de Saint-Jérôme participera à la Journée d’honneur nationale soulignant la fin de la mission canadienne en Afghanistan, la plus longue mission de l’histoire des Forces armées canadiennes. La Ville hissera le drapeau du Royal 22régiment, dont le 4e bataillon est fortement identifié à Saint-Jérôme. Rappelons que la Ville vient de dévoiler une plaque commémorative du 100anniversaire du régiment dans le parc du Royal 22erégiment.

Une invitation à se souvenir

« J’invite les citoyens et les citoyennes de Saint-Jérôme à se souvenir de l’accomplissement extraordinaire des soldats canadiens qui sont allés à l’autre bout du monde pour défendre le droit à la liberté et à la justice d’un peuple étranger, » dit le maire Stéphane Maher. « Ils ont enduré des stress inconcevables, des conditions climatiques extrêmes et accepté d’être longuement séparés de leur famille et amis. »
Les Forces canadiennes ont terminé leur mission de combat en 2011, en vertu d'une motion parlementaire adoptée en 2008, mais il fut décidé en 2010 qu'un contingent d'environ 950 soldats resterait pour l'entraînement des troupes Afghanes jusqu'en 2014. Les pertes en Afghanistan ont été lourdes pour la taille de l’armée canadienne. Il s’agit du plus haut taux de pertes militaires jamais enregistré par les troupes canadiennes depuis 1944.

Soldats et reconstructeurs

Durant la mission, les militaires canadiens ont assumé des fonctions de combattants, de soldats de la paix, de protecteurs et de reconstructeurs de la société civile, ainsi que d’instructeurs au sein de la force de sécurité afghane.

« J’espère qu’ils ne douteront jamais d’avoir fait une différence pour le peuple afghan, pour nos alliés au sein de l’OTAN et pour le monde entier, dit Stéphane Maher. À Saint-Jérôme, nous en sommes convaincus et nous leur rendons hommage. »

  
Date de mise à jour : 26/09/2016