bkg

Notices

« Dans le cadre du concours Saint-Jérôme en fleurs, nous avons eu le plaisir d'être récipiendaires pour nos aménagements horticoles. Cela nous encourage à poursuive nos efforts » Famille Labelle
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Hommage aux créateurs de la place de la Cathédrale

Le maire félicite les employés et les consultants

Un groupe d’employés municipaux et de consultants a reçu aujourd’hui l’hommage de la Ville de Saint-Jérôme pour la réalisation de la place de la Cathédrale. Il s’agit de la place publique située à l’arrière de la cathédrale, à l’endroit occupé auparavant par un stationnement non aménagé et le Centre diocésain désaffecté. 

Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme, a adressé ses félicitations et ses remerciements à Yvan Lambert, agent à la planification – direction générale de la Ville de Saint-Jérôme et concepteur principal du projet, André Arata, architecte paysagiste chez Consultant Plania et concepteur de la place de la Cathédrale, Jean-Pierre Parent, fabricant des deux colonnes thématiques de granit, et Martin Guay, ainsi que son équipe de Bernard Paysagiste inc., responsables de la réalisation de l’aménagement.

André Marion, président de la Commission des affaires culturelles, Benoit Delage, conseiller du district, Gilles Robert, maire suppléant et Fernand Boudreault, directeur général adjoint, ont également participé à la cérémonie. Guy Sanscartier, curé de la paroisse, représentait Monseigneur Pierre Morissette, évêque du diocèse de Saint-Jérôme, et Monseigneur Raymond Poisson, évêque auxiliaire.

« Les employés municipaux et les consultants impliqués dans la conception et la réalisation de la place de la Cathédrale ont réussi à créer ici un lieu inspirant, a déclaré le maire Stéphane Maher. Ils ont pris pour matériaux un peu de notre histoire, de notre religion, de notre culture, de notre aspiration à la tranquillité, de notre goût pour la nature, de notre besoin de lumière, ils ont ajouté quelques symboles forts et ont inscrit le tout dans une esthétique exceptionnelle. Je tiens à souligner leur talent et leur compétence. Par ailleurs, je veux aussi témoigner de l’excellente collaboration entre l’évêché et la Ville au cours de ce projet. »

Une place chargée de symboles


La place publique, d’une superficie de 2 700 m², est située à l’arrière de la cathédrale, entre la rue du Palais au nord et la rue Parent au sud.  Suite à une entente, l’immeuble a été démoli par la Ville, qui y a construit la place de la Cathédrale, tandis que l’évêché a réaménagé le terrain de stationnement adjacent.

Cette place publique, prenant la forme d’un jardin monastique contemporain, met en valeur la cathédrale et son architecture. Elle est conçue pour mettre en valeur l’édifice religieux et son architecture, et rappeler par de nombreux symboles l’histoire du lieu, de la paroisse et du diocèse. Un espace ouvert en forme de labyrinthe, inspiré de celui de la cathédrale Notre-Dame de Chartres, favorise la méditation et le recueillement. Une colonne lumineuse symbolisant un cierge éclaire, le soir venu, l’arrière de l’édifice et rappelle le caractère religieux et historique du lieu. Une autre insertion de granit, sur l’axe nord-sud, indique la direction de la colonisation des Laurentides. Des cubes de granit noir, semblables à de petites stèles funéraires, évoquent le cimetière qui se trouvait autrefois à l’endroit occupé par la cathédrale. Enfin, deux citations bibliques évoquent la prépondérance de la religion catholique dans notre culture et notre histoire. 

La place de la Cathédrale fait maintenant partie d’un circuit touristique reliant, à l’ouest, le musée du Curé-Labelle, la place du Curé-Labelle et l’espace muséal Claude-Henri-Grignon, et à l’est, la place de la Gare et le « Km 0 » du parc linéaire régional Le P’tit train du Nord, point de départ de la colonisation des Laurentides.  

Par ailleurs, l’aménagement de la place de la Cathédrale permet de lutter contre l’effet d’îlot de chaleur au centre-ville.  En effet, la majorité de la superficie de la place publique a été gazonnée et de nombreux arbres ont été plantés. Par rapport à la situation d’origine où l’espace était occupé par un bâtiment et une aire de stationnement minéralisée, c’est une nette amélioration de la qualité de vie des citoyens.

PlaceCathedrale2014-07-07 CDM_14070702
De gauche à droite : Gilles Robert, maire suppléant et membre de la commission des affaires culturelles, le curé Guy Sanscartier, Yvan Lambert, architecte-paysagiste de la Ville de Saint-Jérôme, le maire Stéphane Maher, André Arata, de la firme Plania, et André Marion, président de la commission des affaires culturelles.  

 Photo 02_Place de la Cathédrale_2013-07-04
 Photo 05_Place de la Cathédrale_2013-07-04
 Place de la Cathédrale_2013-06-07.jpg La place de la Cathédrale fait maintenant partie d’un circuit touristique reliant, à l’ouest, le musée du Curé-Labelle, la place du Curé-Labelle et l’espace muséal Claude-Henri-Grignon, et à l’est, la place de la Gare et le « Km 0 » du parc linéaire régional Le P’tit train du Nord, point de départ de la colonisation des Laurentides. 




  
Date de mise à jour : 26/09/2016