bkg

Notices

« Dans le cadre du concours Saint-Jérôme en fleurs, nous avons eu le plaisir d'être récipiendaires pour nos aménagements horticoles. Cela nous encourage à poursuive nos efforts » Famille Labelle
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Inauguration de la Place de la paix

Le samedi 6 septembre, à 11 h, la Ville de Saint-Jérôme a procédé à la plantation du 10e arbre pour la paix du groupe Amnistie Internationale Saint-Jérôme/Laurentides et à l’inauguration officielle de la Place de la Paix de Saint-Jérôme. La cérémonie s'est déroulée le long de la piste cyclable du P’tit-Train-du-Nord, entre les rues du Palais et Parent.

Présents pour l’occasion, le maire suppléant Yves Legris et la présidente de la Commission des affaires communautaires de Saint-Jérôme et conseillère municipale, Louise Bouchard, ont mentionné qu’en baptisant ainsi cette place publique la municipalité voulait dédier l’endroit au recueillement et à la réflexion intime sur la paix universelle.

« Une nouvelle place s’ajoute à toutes celles qui honorent la mémoire de victimes d’actes criminels ou de conflits politiques : Place de la Paix de Saint-Jérôme. Ce n’est pas grand à l’échelle planétaire, mais c’est un maillon de plus dans la chaîne de solidarité qui maintient, partout sur la terre, notre espoir en un monde sans violence et sans pauvreté, un monde respectueux des droits humains. À force de nous réunir au sein de groupes comme Amnistie Internationale, à force d’organiser des événements comme celui d’aujourd’hui, et à force de multiplier les symboles de paix comme les arbres que nous plantons depuis 1998, nous allons changer le monde », ont-ils expliqué conjointement.

La Place de la Paix commémore le grand événement que fut la Marche mondiale des femmes en l’an 2000. Une sculpture de plus de huit pieds, symbolisant une chandelle, y rappelle l’emblème d’Amnistie internationale et sa mission de « garder la flamme vivante pour contrer la violence et la pauvreté, et pour faire la lumière sur ceux qui bafouent les droits humains ». 
 
Cette place honore aussi la mémoire de victimes d’actes criminels ou de conflits politiques perpétrés au mépris des droits de la personne. 
 
Le projet a été réalisé en collaboration par la Ville de Saint-Jérôme, Amnistie Internationale et plusieurs organismes et partenaires du milieu.
  
Date de mise à jour : 26/09/2016