bkg

Notices

« Nous sommes fiers de pouvoir profiter d'une offre variée d'activités de sport et de loisir dans notre ville » Famille Charbonneau
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Interdiction de la Berce du Caucase

En vertu d’un nouveau règlement adopté par la Ville de Saint-Jérôme le 6 juillet 2010, les propriétaires fonciers ont l’obligation d’éliminer ou de faire éliminer la Berce du Caucase, une plante toxique aussi nuisible que l’herbe à poux et l’herbe à puce, sinon davantage.

Le contact avec la sève de la plante est indolore, mais les toxines qu’elle contient peuvent produire des dermatites graves et douloureuses, présentant des cloques de la taille d’une pomme de terre. Après la guérison, les plaies persistent pendant des mois ou des années sous la forme de taches brunes ou blanches sensibles à la lumière. La Berce du Caucase peut aussi s’avérer dangereuse pour les animaux domestiques.

Une plante exotique bien acclimatée

La Berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) a été introduite chez nous pour des raisons horticoles. Elle a été répertoriée pour la première fois au Québec en 1990. À l’état sauvage, cette plante colonise préférablement les milieux humides (le long des berges de cours d’eau, des fossés, des chemins de fer et des routes) mais peut aussi se retrouver dans les prés et les terrains vagues. Elle se disperse rapidement.

Procéder à un arrachage prudent

L’arrachage de la Berce du Caucase demande beaucoup de précautions: se protéger contre la toxicité de la plante en couvrant toutes les parties du corps par des habits et des gants protecteurs non absorbants ; enlever les vêtements et les gants en les retournant à l'envers ; se protéger tout le visage ou au moins les yeux, s’assurer que personne ne puisse recevoir des gouttes de sève ou des débris de plante. 

On utilise une pelle ronde pour couper les racines environ 20 cm sous le niveau du sol, puis on lave les outils qui ont été en contact avec la sève de la plante. Pour se débarrasser des plants coupés, on les place dans des sacs en plastiques robustes et hermétiques. En raison de la complexité et des risques de la tâche, la Ville recommande de la confier à un spécialiste ; consultez un pépiniériste local par exemple.

Pour signaler la Berce du Caucase

Avant de signaler la Berce du Caucase, il convient de la différencier d’autres plantes similaires, telle la Berce Laineuse, une plante indigène au Québec et non toxique. Les tiges de la Berce du Caucase peuvent atteindre de 2 m à 5 m de hauteur ; la Berce Laineuse atteint une hauteur inférieure à deux mètres. La face inférieure des feuilles de la berce laineuse est tapissée de poils blancs souples, celle des feuilles de la berce du Caucase porte seulement quelques poils plutôt rudes, sinon aucun. D'autre part, les taches rouges ou violettes qui se trouvent sur la tige de la berce laineuse sont plutôt diffuses, tandis qu'elles sont bien définies sur la tige de la berce du Caucase.

Pour signaler la présence de la berce du Caucase, communiquez avec le Centre d’information du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs au 1 800 561-1616. En cas de lésion grave ou d’intoxication, contactez Info-Santé au numéro de téléphone 811, ou le Centre Antipoison du Québec au 1 800 463-5060.
  
Date de mise à jour : 26/09/2016