bkg

Notices

« Grâce au Fonds de l'excellence pour la jeunesse de la Ville de Saint-Jérôme, j'ai pu bénéficier d'une bourse sportive » Louis-Joseph Charbonneau et sa famille
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


La Ville de Saint-Jérôme reçoit un Prix-Lumière 2017 de l'IES Montréal

Après avoir remporté le premier prix du jury lors du 4e Forum du développement durable en septembre, le prix national du maintien de l’ordre du ministère de la Justice en juillet, le Prix Aménagement 2017 – une mention spéciale de l’organisme Les Arts et la Ville en juin, puis, toujours en juin, quatre prix d’excellence de l’Association des communicateurs municipaux du Québec, la Ville de Saint-Jérôme a une fois de plus brillé à l’occasion de la soirée gala des Prix-Lumière d’Illuminating Engineering Society (IES) de Montréal, tenue le 2 novembre dernier, en remportant le Prix du public 2017 pour l’illumination de la Place du Curé-Labelle.

Dans le cadre du concours Prix-Lumière, dont l’objectif était de mettre en vedette les plus éblouissantes réalisations en éclairage intérieur ou extérieur de l’année, l’illumination de la Place du Curé-Labelle était en lice contre une quinzaine de projets, dont l’illumination du Pont Jacques-Cartier, la Tour du Pavillon Roger-Gaudry de l’Université de Montréal, le réaménagement de l’autoroute Bonaventure, la mise en lumière de la Place Ville-Marie, la Place Nadia-Comaneci (stade olympique), le Fairmont Le Reine Elizabeth et le Fort Chambly. De ces projets, celui de la Ville de Saint-Jérôme s’est particulièrement démarqué en récoltant le plus de votes parmi le public.


Illumination de la Place du Curé-Labelle

Dans une volonté de réaffirmer son importance historique et symbolique, la Ville de Saint-Jérôme a profité du 125e anniversaire de décès du célèbre curé Labelle pour restaurer le parc au centre de la ville portant son nom. 

N’ayant jamais subi de transformation majeure depuis son inauguration en 1905, le parc Labelle, aujourd’hui nommé Place du Curé-Labelle, a toujours conservé de façon générale son aspect historique paysagé de style victorien, unique sur le territoire des Laurentides. Le temps avait toutefois fait son œuvre : les aménagements du parc montraient des traces de vieillissement, certains équipements étaient devenus désuets ou hors d’usage, les trottoirs et surfaces gazonnées étaient abîmés et plusieurs arbres avaient disparus laissant les lieux dans un triste état.

La Ville a ainsi décidé de lui redonner ses lettres de noblesse et de restaurer cette place publique selon ses caractéristiques paysagères et architecturales d’origine, de sorte qu’elle fasse à nouveau partie intégrante des principales attractions du centre-ville de Saint-Jérôme.

« Devenue le point de départ d’un circuit touristique reliant, au nord, la Maison de la culture Claude-Henri-Grignon et le Musée d'art contemporain des Laurentides, à l’est, la cathédrale, la Place de la Gare, et la Place des Festivités et à l’ouest, la promenade riveraine de la Rivière-du-Nord, la Place du Curé-Labelle, située au cœur du Quartier des Arts et du Savoir, offre maintenant aux citoyens, touristes, travailleurs, étudiants et clients du centre-ville de Saint-Jérôme une place publique éclairée, confortable et bordée d’un écrin de verdure de qualité supérieure », explique fièrement le maire de Saint-Jérôme, M. Stéphane Maher. 

La réalisation de ce projet, conçu par une architecte paysagiste du Groupe BC 2, en collaboration avec le Service de l’urbanisme et du développement durable de la Ville de Saint-Jérôme et un concepteur lumière de la firme CS Design, a également permis la réfection complète des équipements : trottoirs et allées piétonnières en pavés de béton, murets en granite, bancs en bois, colonnes lumineuses et lampadaires d’ambiance s'inspirant des vitraux de la cathédrale, système de sonorisation diffusant de la musique, etc. 

« Avec l’installation d’une œuvre monumentale illuminée rappelant la présence de la première église et la mise en lumière de la statue du Roi du Nord, la Place du Curé-Labelle est devenue sans aucun doute un lieu de mémoire vivant », ajoute le maire Maher, se disant très fier d’avoir remporté le Prix du public 2017 du concours l’IES-Montréal, lequel représente un premier pas vers la compétition d’envergure internationale Illumination Awards.

Un peu d’histoire

Érigée en 1924 à la mémoire du père de la colonisation des Laurentides et initiateur de la construction du chemin de fer P’tit train du Nord, le curé Antoine Labelle (1833-1891), l’œuvre artistique, aménagée au centre de la place publique a été réalisée par le célèbre sculpteur Alfred Laliberté.

La statue de bronze représente l’imposant curé, mesurant six pieds de haut, le bras tendu vers les terres du nord à défricher. Plus bas, on retrouve une seconde statue représentant un colon et, sur la base de granite, des scènes de la colonisation gravées en bas-relief. Sur une plaque en bronze sont gravées les armoiries et la devise latine du curé Pater Meus Agricola (mon père agriculteur).

prix_lumière

prix_lumière2

  
Date de mise à jour : 26/09/2016