bkg

Notices

« Quelle chance d'avoir accès, au centre-ville, au parc linéaire Le P'tit-Train-du-Nord » Famille Paquin
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Les changements aux régimes de retraite seront négociés

Saint-Jérôme a donné un mandat à son d.g.

Le conseil municipal de Saint-Jérôme a donné à son directeur général, Yvan Patenaude, le mandat de négocier avec les associations et les unités syndicales les changements qui seront apportés aux régimes de retraite. À cet effet, le directeur général rencontrera les sections locales 1017 (cols blancs) et 308 (cols bleus) du Syndicat de la fonction publique (SCFP), l’Association des policiers de Saint-Jérôme Métropolitain, le Syndicat des pompiers du Québec, section locale Saint-Jérôme, et l’Association des cadres municipaux de la ville de Saint-Jérôme.

Dans une lettre adressée au ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Pierre Moreau, le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, lui a demandé d’accorder à la Ville le plus de latitude possible et de faire confiance au processus de négociation. « Nos employés et leurs représentants syndicaux sont des personnes raisonnables et responsables, qui ont déjà démontré leur capacité à dialoguer de bonne foi avec nous », a déclaré le maire.

Le respect des employés et des retraités


La Ville a pris l’initiative d’accorder ce mandat de négociation à son directeur général en espérant que le gouvernement résistera à la tentation d’imposer une solution « mur à mur », et qu’il approuvera un règlement au cas par cas partout où ce sera possible et justifié. Il existe en effet des disparités considérables entre les régimes de retraite des villes québécoises. Certains sont en bonne santé et d’autres en situation précaire. Il ne peut donc pas y avoir de solution universelle.

« Selon nous, la négociation est la base des relations entre l’employeur et ses employés, a ajouté Stéphane Maher. On ne peut prétendre au respect des employés et des retraités sans passer par cette étape, et il n’y a pas d’alternative si l’on veut maintenir de bonnes relations avec notre personnel. »

Un parcours bien balisé


Les élus, le directeur général et les services concernés ont étudié la problématique des régimes de retraite dans le large contexte où elle s’insère. Par exemple, le pacte fiscal, la diversification de nos sources de revenus ainsi que le renouvellement de nos infrastructures figurent sur la liste des enjeux et des priorités.

Par ailleurs, considérant les valeurs qui orientent le conseil municipal, la Ville s’approprie facilement les principes qui guident le projet de loi 3, soit tenir compte de la capacité de payer des contribuables, assurer la pérennité des régimes de retraite, établir un partage équitable des coûts et des risques, et garantir l’équité intergénérationnelle.

Pour le directeur général, Saint-Jérôme réunit des conditions favorables au succès de la négociation. Il estime qu’il serait judicieux pour le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire d’accorder un maximum d’autonomie à la Ville, qui pourrait ainsi parvenir à une entente bien adaptée à sa réalité.

  
Date de mise à jour : 26/09/2016