bkg

Notices

« En famille, regroupant les quatre générations, nous adorons profiter des espaces verts de la ville » Famille Beaucage
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Les poules urbaines débarquent à Saint-Jérôme

Lors de la séance du conseil municipal du 15 mai 2018, les élus ont voté en faveur d’un règlement sur le zonage autorisant la présence d’un poulailler à titre de construction accessoire qui sera destiné à l’élevage de poules pondeuses. Il est à noter que ce règlement rentre en vigueur vers la fin du mois de juin. 

« Saint-Jérôme est l’exemple par excellence où la nature et la ville cohabitent en parfaite harmonie. Ainsi, il semblait évident de permettre aux citoyennes et aux citoyens de posséder un poulailler sur leur terrain. Je suis convaincu que ceux et celles qui s’adonneront à cette pratique écologique le feront dans le respect des autres », explique le maire Stéphane Maher. 

Un seul poulailler, devant comporter un parquet extérieur, est autorisé par terrain. Il est à noter qu’une remise peut être utilisée comme poulailler. Un nombre maximal de trois poules est autorisé pour un terrain d’une superficie de moins de 1 500 mètres carrés et une limite de 5 poules est permise pour les terrains de 1 500 mètres carrés et plus. La garde d’un coq est interdite. Les poules doivent provenir d’un couvoir certifié et être vaccinées. Aussi, les poules doivent rester à l’intérieur du poulailler de 20 h à 7 h. Lorsqu’un poulailler et son parquet sont implantés dans la cour ou la marge latérale, ceux-ci doivent être camouflés par une haie, une clôture opaque ou une construction accessoire, afin de ne pas être visibles de la rue. De plus, la hauteur maximale d’un poulailler et de la clôture du parquet est fixée à 1,8 mètre. Il est strictement interdit de laisser des poules en liberté sur le terrain. 

Le poulailler et le parquet doivent obligatoirement être nettoyés quotidiennement. Aussi, l’abattage des poules doit être effectué dans un abattoir agréé ou par euthanasie effectuée par un vétérinaire. Par ailleurs, la vente d’œufs, de viande, de fumier et de toute autre substance provenant des poules est interdite.

Des amendes plus sévères 

Le nouveau règlement prévoit notamment des amendes plus sévères vis-à-vis la maltraitance envers les animaux en fonction de la Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal. Pour toute violation du règlement, une personne physique est passible d’une amende minimale de 300 $ et maximale de 1 000 $. Après la première infraction, l’amende est minimalement de 600 $ et peut atteindre 2 000 $. 
  
Date de mise à jour : 26/09/2016