bkg

Notices

« Dans le cadre du concours Saint-Jérôme en fleurs, nous avons eu le plaisir d'être récipiendaires pour nos aménagements horticoles. Cela nous encourage à poursuive nos efforts » Famille Labelle
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Partage de contrats sous l’ancienne administration

«Enfin, nous avons des éléments concrets pour entreprendre des poursuites».
Stéphane Maher

Un ancien directeur de l’ingénierie, Érick Frigon, a plaidé coupable, devant le conseil de discipline de l’Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ), d’avoir toléré un système de partage de contrats à Saint-Jérôme.

Jusqu’à son plaidoyer de culpabilité d’Érick Frigon, de nombreuses rumeurs continuaient de circuler à la Ville et dans l’entourage municipal, mais c’est la première fois que des faits solides sont obtenus et permettent à la Ville d’entreprendre les actions réparatrices appropriées.

«Enfin, nous avons des éléments concrets pour entreprendre des poursuites. Nous allons prendre toutes les mesures prévues par la loi pour récupérer les sommes payées injustement par les citoyens de Saint-Jérôme», a déclaré le maire de Saint-Jérôme Stéphane Maher.

Le maire de Saint-Jérôme s’est assuré aussi que l’Unité permanente anticorruption (UPAC) en soit informée et l’invite à mener sa propre enquête.

Implication du politique


Selon les révélations d’Érick Frigon, il n’était qu’un acteur du dossier. Selon ses propos, quand il est entré en fonction, le système était bien en place et son travail consistait à informer la firme qui avait été désignée d’avance par le politique. Même s’il a avoué sa participation au stratagème, il a expliqué qu’il a contribué à mettre en place les mécanismes pour mettre fin à ce système de collusion à Saint-Jérôme.

À peine quelques mois après l’élection du nouveau conseil municipal en novembre 2013, Érick Frigon a quitté la municipalité. Le nouveau conseil municipal désirait débuter une nouvelle ère et faire oublier les jours assombris par les allégations de corruption et les scandales soulevés par la commission Charbonneau. Afin d’assurer la qualité de la gérance des fonds publics et de mettre l’intégrité et la transparence au premier rang, des gestes concrets ont été posés.

« Les citoyens pourront tourner cette triste page »


«Je veux rassurer la population de Saint-Jérôme», dit le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher. «Oui il y a eu des pratiques malhonnêtes à la Ville sous l’administration précédente, mais les élus et les administrateurs qui en étaient responsables ne sont plus là aujourd’hui. Les citoyens pourront tourner cette triste page de notre histoire».

« Notre ville ne méritait pas ça. Saint-Jérôme est un milieu de vie exceptionnel, une destination de tous les possibles, une ville universitaire, une cité régionale vivante et prospère qui attire des milliers de nouveaux résidents chaque année », a conclu M. Maher.
  
Date de mise à jour : 26/09/2016