bkg

Notices

« En famille, regroupant les quatre générations, nous adorons profiter des espaces verts de la ville » Famille Beaucage
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Saint-Jérôme lance un ambitieux plan d'économie d'eau potable

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, et le président de la commission de l’environnement, Mario Fauteux, ont présenté en conférence de presse le Plan d’économie d’eau que la Ville met en œuvre à compter de maintenant.

Le maire a d’abord expliqué le phénomène de la croissance de la population de Saint-Jérôme et l’impact que cela peut avoir sur la consommation et le gaspillage de l’eau potable. « Les Québécois sont parmi les plus grands consommateurs d’eau au monde, la Ville de Saint-Jérôme n’est pas un exemple non plus. C’est pourquoi nous lançons un plan majeur d’économie d’eau potable qui s’échelonnera sur plusieurs années et qui commence par la mise en place de mesures qui visent d’abord les activités municipales. Ce plan est l’une des clés pour assurer la croissance de notre ville et un approvisionnement suffisant ».

L’eau potable coûte cher à produire et cher à gaspiller


La Commission de l’environnement et les services municipaux concernés ont analysé la situation et proposé au conseil municipal un plan d’action. En conférence de presse, le président de la Commission de l’environnement, Mario Fauteux, accompagné de Benoît Delage et de François Poirier, tous deux membres de la Commission, ont lancé le plan d’action et souligné plusieurs faits marquants de la problématique.

M. Fauteux a donc annoncé la mise en œuvre dès 2014 d’un ambitieux plan d’action qui s’échelonnera sur de nombreuses années dont l’objectif est de classer Saint-Jérôme en 2020 parmi le premier quartile des villes les plus performantes pour la consommation raisonnable de l’eau potable avec 420 litres per capita. « Et si la performance s’améliore, nous serons nous aussi meilleurs », promet M. Fauteux.

Le plan d’économie est une réalité incontournable. Si rien n’est fait, Saint-Jérôme dépassera éventuellement sa capacité de production autorisée par Québec. La Ville pourra même être obligée d’emprunter sur les débits réservés à la ville de Mirabel qu’elle dessert en partie.

Le coût de la production de l’eau est aussi un des facteurs les plus importants militant en faveur de la mise sur pied d’un plan d’économie d’eau potable. Au Québec, produire un mètre cube d’eau potable coûte en moyenne 1,51 $. La surconsommation est autant un gaspillage d’eau que de dépenses inutiles.

Le plan mis en œuvre évitera de ralentir le développement de la ville et permettra en plus d’obtenir des subventions du ministère des Affaires municipales et de l’occupation du territoire. De plus, en atteignant son objectif, Saint-Jérôme n’aura pas besoin de construire éventuellement une nouvelle station de production d’eau potable.

Recherche de fuites d’eau


Plusieurs des actions inscrites au plan d’économie d’eau potable sont financées par le budget d’opération, les autres seront planifiées sur un calendrier allant de 2014 à 2020.

À court terme, la Ville met de l’avant une première mesure qui consiste à faire une recherche intensive des fuites d’eau à travers les 330 kilomètres de conduites. L’équipe de la Division de la gestion de l’eau parcourra les rues de Saint-Jérôme à la recherche de ces fuites coûteuses pour la ville et les contribuables.

Tous les employés sont mis aussi à contribution pour améliorer les méthodes de travail afin d’économiser l’eau. Par exemple, l’arrosage des fleurs avec de l’eau non traitée. La Ville fera aussi la promotion de plates-bandes sans arrosage, ainsi de suite.

« La campagne d’économie d’eau est lancée. Nous sommes mobilisés pour développer les meilleures pratiques pour économiser l’eau. Par la suite, les entreprises, les institutions et les commerces seront à leur tour invités à collaborer, puis nous ferons appel à tous les citoyens », dit le président de la commission environnement Mario Fauteux. Avec notre plan d’économie, nous pourrons assurer un approvisionnement en eau potable fiable pendant longtemps et au meilleur coût, et surtout nous protégerons notre rivière du Nord, l’un des joyaux de notre ville. »

2014-07-03 Pan de l'eau
Le maire Stéphane Maher, le président de la commission de l’environnement, Mario Fauteux, les membres de la commission Benoit Delage et Francois Poirier, accompagnés de l’équipe de la gestion des eaux. De gauche à droite : Jean-François Joly, Denis Houle (représentant syndical). Étienne Proulx, Richard Lizotte (coordonnateur du plan), Claude Mongrain (chef de section), Vincent Desjardins, Benoît Delage, Mario Fauteux, Stéphane Maher, François Poirier et le directeur par intérim du service des travaux publics, Sacha Desfossés.

  
Date de mise à jour : 26/09/2016