bkg

Notices

« C'est avec grand enthousiasme que nous profitons des activités familiales offertes par la Ville » Famille Longpré
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Saint-Jérôme veut accélérer sa croissance économique

Une stratégie pour favoriser les investissements

La Ville de Saint-Jérôme, suivant la volonté exprimée par le conseil municipal, veut mettre en œuvre une stratégie de développement économique axée sur les investissements privés. L’économie de Saint-Jérôme se porte bien et présente des bases solides sur lesquelles il est possible de s’appuyer pour amorcer un mouvement de croissance plus rapide.

Créer des emplois localement est essentiel

La région des Laurentides enregistre historiquement de bons résultats en termes de création d'emplois. Selon Ressources humaines et Développement des compétences Canada, ainsi qu’Emploi-Québec, notre région économique affiche un taux de chômage qui oscille entre 6 et 8 %, ce qui est inférieur à la moyenne nationale. Rappelons que certaines régions sont à 10 et même 17%. Toujours dans les Laurentides, la population en âge de travailler de même que la population active sont en croissance. Le marché du travail progresse au rythme annuel moyen de 1,5 %.

« Même si l’économie de Saint-Jérôme est en bonne santé, nous devons développer des stratégies pour conserver les acquis et être en mesure de faire face aux changements de conjoncture éventuels, surtout dans le climat d’austérité que le gouvernement du Québec est en train d’installer, affirme le conseiller Benoit Beaulieu, qui est aussi membre du comité exécutif. » Benoit Beaulieu, rappelle qu’une partie de la population de Saint-Jérôme continue de faire la navette quotidiennement vers Montréal et Laval pour travailler. Au sud de Saint-Jérôme, c’est encore plus marquant : la moitié des travailleurs sont dans cette situation. « Nous voulons prendre des mesures pour améliorer la situation parce que le développement économique est étroitement associé à la création locale d’emplois, a-t-il ajouté. »

Le conseil municipal veut favoriser la diversité des investissements

Jusqu’ici, l’accent a été mis sur les investissements publics. Par exemple, la construction d’un nouveau pavillon de santé mentale CSSS de Saint-Jérôme – Hôpital régional Saint-Jérôme, pour une clientèle adulte et de pédopsychiatrie, est estimée à près de 100 M$ et sera entièrement financée par le ministère de la Santé et des Services sociaux, en vertu du Plan québécois des infrastructures (PQI). La construction d’un nouveau centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de 212 lits, à proximité de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme, est estimée à plus de 53 M$.


Une école de 28 classes, dont quatre préscolaires, sera érigée sur le site du parc du Domaine Richer, en bordure de la Montée Ste-Thérèse à Saint-Jérôme. Elle permettra d’accueillir 600 élèves. L’octroi d’une subvention gouvernementale de 14,6 M$, qui permettra la construction d’une nouvelle salle de spectacle de près de 900 places au centre-ville, correspond à 70 % du coût estimé à 21 millions $. La Ville s’est déjà engagée à couvrir le reste de la somme jusqu’à concurrence de 6 millions $.

« Ces projets d’envergure se concrétisent au bénéfice direct des gens de la région, tout en contribuant au développement socioéconomique des Laurentides, dit le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher. Toutefois, une économie saine exige la diversification des investissements, ce pourquoi nous voulons favoriser davantage des investissements industriels et commerciaux privés. »

Dans les économies de marché, l’investissement privé a toujours été une condition indispensable à la croissance économique : il est le moteur qui permet de réunir les ressources nécessaires pour produire des biens et des services. Le maire a aussi exprimé son enthousiasme face au potentiel considérable de développement économique révélé par les plus récentes prévisions. La valeur des permis de construction estimée pour 2014 excédera 150 millions, et de son côté, le CLD estime que le développement économique pour le territoire de la MRC de La Rivière du Nord atteindra de 75 à 100 millions de dollars.

Un territoire plein d’attraits

Les atouts du territoire de Saint-Jérôme sont manifestes. Actuellement, les gens d’affaires désireux de localiser ou de délocaliser une entreprise peuvent compter sur l’aide compétente du CLD et de ses partenaires qui offrent sur le web des données de plus en plus pointues sur l’état de la situation à Saint-Jérôme. La Ville a l’intention de les aider en produisant un profil économique détaillé de Saint-Jérôme, mettant en lumière les caractéristiques et les avantages pertinents pour les investisseurs du secteur industriel, commercial ou des services.

« J’ai fait carrière dans le monde des affaires et j’ai une vision très entrepreneuriale du développement de la Ville, affirme le maire. Les investisseurs trouvent à Saint-Jérôme un interlocuteur qui parle le même langage qu’eux et qui comprend les enjeux, les objectifs et les besoins de chacun. Je suis entouré d’une équipe aguerrie, passionnée par son territoire, et dont l’action est axée sur les attentes des entrepreneurs. »

Une conjoncture favorable aux investissements

La mission de la Ville est d'accroître la richesse collective de Saint-Jérôme, de renforcer son rôle et son importance économique dans la grande région des Laurentides, de maintenir, développer et attirer chez nous des entreprises tout en favorisant la création d'emplois de qualité.

« Il y a des temps plus appropriés que d’autres pour faire de la promotion économique, dit Stéphane Maher. En ce moment, la conjoncture économique est favorable aux investissements privés et nous voulons saisir la balle au bond. »

En effet, les entreprises québécoises, canadiennes et américaines affichent généralement de bons résultats et disposent de réserves financières suffisantes pour investir. En outre, les conditions d’emprunt sont bonnes en raison des faibles taux d’intérêt. Le temps est donc propice au lancement d’une campagne de promotion économique.

Benoit_Beaulieu_SRB_0125r
Benoit Beaulieu, conseiller municipal du district 1

  
Date de mise à jour : 26/09/2016