bkg

Notices

« C'est avec grand enthousiasme que nous profitons des activités familiales offertes par la Ville » Famille Longpré
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Sondage - mars 2008

Bilan du sondage du mois de mars 2008

Félicitations !

Lors de notre dernier sondage, nous vous demandions : «Qui a joué un rôle déterminant pour l’essor de notre ville ?». 

Parmi les  296 répondants,…

  • 91 % ont eu la bonne réponse et ont indiqué le curé Labelle;
  • 6 % ont indiqué Godfroy Laviolette;
  • 1 % ont cru que c’était Monseigneur Signay;
  • et 3 % ont répondu «Ne sais pas».

Quelques mots sur le curé Labelle

Le curé Labelle est une figure légendaire. Il a joué un rôle primordial dans la colonisation du Nord. On l’a d’ailleurs surnommé «le roi du Nord, l’apôtre de la colonisation».

Brièvement, mentionnons qu’Antoine Labelle a été en charge de l'administration pastorale de Saint-Jérôme de 1868 jusqu'à son décès, survenue le 4 janvier1891. Le grand objectif qui l’animait était de tailler, à même les territoires inoccupés, un domaine pour les Canadiens-Français. 
Pendant ses 22 années de ministère, la paroisse connut un développement remarquable. Le curé Labelle avait même été en Europe pour recruter des investisseurs, des hommes d’affaires, des industriels intéressés à faire progresser son grand projet de colonisation.
Il a, il importe de le préciser, été l’ardent promoteur de l’idée d’un chemin de fer unissant Montréal vers le Nord, ce qui encouragea le développement économique.

En outre, soulignons que le curé Labelle a occupé de mai 1888 à janvier 1891, le poste de sous-ministre au ministère de l’Agriculture et de la Colonisation, et qu’en mai 1889, le pape Léon XIII lui a conféré le titre de protonotaire apostolique.

Le curé Labelle était un homme brillant et doté d’un fort charisme; il avait noué des amitiés avec des gens de toutes les classes de la société. Le jour de ses obsèques d’ailleurs, un train spécial composé de treize wagons partit de Montréal amenant entre 1000 à 1200 personnes à Saint-Jérôme. 

Des gens sont venus de tous les coins de la province et du pays, même de l’étranger pour assister à ses funérailles. L’église ne fut d’ailleurs pas assez grande pour contenir la foule. Afin de laisser la place aux étrangers, les gens de Saint-Jérôme avaient même été priés de rester hors de l'église. Une immense foule, dont également des gens de l’extérieur, se tenait aux abords de l'église pendant la cérémonie.
À l’intérieur et à l’extérieur de la petite église de Saint-Jérôme, les gens semblaient oppressés par l’atmosphère de douleur qui enveloppait la paroisse du simple curé que son patriotisme et ses autres grandes vertus chrétiennes et sociales avaient justement rendu si populaire.

Qui étaient Godfroy Laviolette et Monseigneur Signay ?

Godfroy Laviolette a été le premier maire de Saint-Jérôme. Quant à Monseigneur Signay, évêque de Québec, c’est lui qui a, en 1834, suite à une requête des habitants de l’augmentation de la Seigneurie des Mille-Iles, érigé canoniquement la paroisse de Saint-Jérôme de la rivière du Nord.

Vous désirez de plus amples informations sur le curé Labelle ainsi que l’histoire de la Ville ? Visitez le site de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord.
  
Date de mise à jour : 26/09/2016