bkg

Notices

« En famille, regroupant les quatre générations, nous adorons profiter des espaces verts de la ville » Famille Beaucage
Imprimer A A A
Pour les besoins d’archives, nous conservons un grand nombre de nouvelles. Pour éviter les erreurs ou malentendus, nous vous demandons de bien vérifier la date de parution de l’information que vous consultez, considérant que les moteurs de recherche ne donnent pas priorité aux dates de parution. 


Un redressement spectaculaire de la dette

Au terme de l’exercice financier 2011, les revenus s’élèvent à 122 410 195 $, les dépenses, excluant l’amortissement des immobilisations, sont de 93 391 679 $ et les affectations totalisent 19 394 750 $. La Ville enregistre un excédent de fonctionnement de 9 623 766 $, ce qui s’explique surtout par quatre facteurs : des revenus de taxation accrus suite à une autre année exceptionnelle dans la construction, davantage de droits de mutation en raison de l’effervescence du marché immobilier, la vente et l’acquisition de terrains municipaux, et, pour terminer, une réduction des dépenses de déneigement, les précipitations ayant été modérées cet hiver.

Plus particulièrement, l’écart des revenus par rapport au budget est de 7,3 M$, attribuable principalement à la taxation pour 1,9 M$, aux droits de mutation et aux permis pour 1,1 M$ et aux autres revenus, dont la vente de terrains pour 2,5 M$.

Par ailleurs, les dépenses totalisent 4 M$ de moins que prévu au budget, en raison notamment d’un contrôle serré des dépenses dans chaque service, des économies de 2 M$ réalisées au chapitre du déneigement et des intérêts sur la dette inférieurs de 540 000 $.


                     
                        

Une utilisation responsable des surplus

Le surplus de 9 623 766 $ peut sembler élevé. Cependant, la Ville a tôt fait d’utiliser cet excédent que ce soit pour diminuer le fardeau fiscal des citoyens ou pour constituer une réserve en vue de faire face aux imprévus tels que des précipitations de neige plus abondantes, des poursuites judiciaires, etc. Ainsi, la Ville a affecté 7 400 000 $ pour réduire le compte de taxes des citoyens, soit 3 100 000 $ au budget 2012 et 4 300 000 $ pour les années 2013 et suivantes. Il faut souligner que, jusqu’à l’an dernier, la Ville ne possédait aucune réserve. Le tableau ci-dessous indique le cumul des affectations de surplus réalisés au cours des deux dernières années.

  

 

Un redressement encourageant de la dette

Au chapitre de la dette, les données du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT) révèlent que Saint-Jérôme est la ville qui réalise le redressement le plus encourageant parmi les villes comparables. La dette totale de la Ville au 31 décembre 2011 s’établit à 255,1 M $, en baisse par rapport à 2010. Cette somme comprend la dette relative aux gouvernements supérieurs, aux villes voisines et aux nouvelles infrastructures à charge des citoyens établis dans de nouveaux quartiers résidentiels. Toutefois, la dette à l’ensemble, incluant les secteurs desservis par l’aqueduc et l’égout n’est que de 187 M $.

 

  
Date de mise à jour : 26/09/2016